+1 j'ai appris
posée par (0 points)
La lutte contre le décrochage scolaire est une priorité nationale, c'est un enjeu capital de cohésion sociale : un enjeu humain, social et économique,...

La lutte contre le décrochage scolaire est l'affaire de tous : qu'en pensez-vous ?

9 Réponses

0 j'ai appris
répondu par (0 points)
Merci Catherine de poser cette question essentielle.

J'ai une question à te poser. Cela fait un petit moment que je suis enseignante et il me semble qu'il y a une quinzaine d'années encore on parlait très peu du décrochage. Est ce que parce le phénomène de décrochage s'accroit dramatiquement ou bien est ce qu'on ne l'étudiait pas auparavant?
0 j'ai appris
répondu par (0 points)
C'est en effet l'affaire de tous car ce décrochage a des conséquence sur la vie future de celui qui décroche et sur l'entourage, et ensuite la société...

Tout comme Laurence, j'ai l'impression qu'on en parle de plus en plus... j'aurais tendance à dire qu'il y a toujours eu des décrocheurs mais pas autant que maintenant ; cela est-il du aux changements dans la société, aux moeurs ?
+2 j'ai appris
répondu par (0 points)

Bonjour Laurence et Ludovic, 

Non le décrochage scolaire n'est pas exponentiel. Le décrochage scolaire n'est pas une fatalité ! et c'est une bonne nouvelle.!! Cette impression est peut-être induite par le fait que le repérage du décrochage est de plus en plus  systèmatisé et efficace. Bien au contraire il baisse progressivement : 

On a mis  fortement l'accent sur la prévention, sur une approche  préventive du décrochage et non plus curative. Ici comme dans d'autres domaines le préventif est plus efficace que le curatif.  Cesser d'externaliser la prise en charge du décrochage pour en faire l'affaire de tous au sein des établissements a permis d'obtenir cette baisse progressive. Et c'est encourageant : continuons le combat ! 

0 j'ai appris
répondu par (0 points)
Merci beaucoup pour ces graphiques très clairs ... le constat est plus qu'encourageant.

Je suis d'accord avec toi, il faut vraiment continuer le combat.
0 j'ai appris
répondu par (0 points)
Merci pour les graphiques très riches d'enseignements... le constat est donc très encourageant mais comme vous l'avez dit, il ne faut rien relâcher :)
+3 j'ai appris
répondu par (0 points)

Il me semble que le décrochage survient quand l'élève ne trouve pas sa place dans son établissement ni de sens à son parcours. Du coup, pour certains qui se sentent en décalage ou qui se mettent la pression pour réussir, c'est la stratégie de l'évitement qui prend le dessus. Les élèves manquent de façon irrégulière puis un jour ne viennent plus du tout en classe. La question est : Comment ne pas laisser ces jeunes (voire très jeunes élèves) en dehors de l'Ecole et les ramener sur le chemin de l'école et en classe ?

Outre l'interruption de scolarité ou les apprentissages qui sont différés et morcelés, c'est également la question du lien social qui est posé.

Quand un élève ne fréquente plus son établissement pendant des mois et des mois cela affecte aussi ses relations sociales.

Si on peut se réjouir que le nombre de jeunes qui sortent du système sans qualification diminue, force est de constater que de nombreux élèves se sentent en insécurité (violences réelles ou supposées de la société, des relations (harcèlement…). En 2017 2018, le SAPAD a été sollicité 163 dont 54 fois pour des questions liées à une problématique de pédo psychiatrie.

Comment aider les élèves et les équipes éducatives à établir des liens de confiance pour maintenir les élèves en classe ? Leur donner les outils pour qu'ils affrontent l'extérieur, le regard des autres et sortent du domicile ?

Le 1er indicateur est l'absentéisme et tous les acteurs doivent signaler un élève absent. Car plus vite la difficulté est repérée plus il est aisé d'agir...

ps / je peux envoyer à qui le souhaite un dossier (déc 2012 sur ce thème publié par la ligue de l'Enseignement)

0 j'ai appris
répondu par (0 points)
Merci beaucoup Aba pour toutes ces pistes et précisions. Envoie moi le dossier et je verrai comment le mettre sur le site ;-) Merci!
+1 j'ai appris
répondu par (0 points)
je complète votre réflexion : n'oublions pas que le décrochage scolaire n'est pas que l'absentéisme, il peut y avoir des élèves très assidus qui ne sont pas "présents" en classe et qui abandonnent complètement...

il serait intéressant de savoir parmi les élèves décrocheurs ceux qui étaient/sont en difficulté scolaire : est ce que la difficulté scolaire fait le décrochage ou le décrochage la difficulté ?
0 j'ai appris
répondu par (0 points)
D'accord avec Alice, l'absentéisme peut être absent et pour autant l'élève décroche... pour répondre à la question d'Alice, je dirais que les difficultés scolaires accumulées sont un terreau pour le décrochage, et le décrochage (par définition) conduit aux difficultés... ce qui est un peu un cercle vicieux finalement.
Accès aux thématiques
...