+4 j'ai appris
posée par (0 points)

Juste de la curiosité ! Mon espace classe est d'inspiration Freinet avec une touche de classe flexible. Je pratique la pédagogie du projet et mon fonctionnement est coopératif et/ou collaboratif. Mon emploi du temps ne s'organise pas autour des matières. 

Comment est construit votre emploi du temps en classe flexible ou pas, en pédagogie du projet ou pas, en ULIS ou pas.

6 Réponses

+1 j'ai appris
répondu par (0 points)

Bonjour,

Dans le second degré, nous avons un emploi du temps plutôt très cloisonné. En tant qu'enseignante en LV2, en espagnol, j'ai 8 classes, à raison de deux ou trois heures par semaine, selon les semaines. Autant te dire que c'est peu et très fractionné (trop, à mon goût). Je travaille en projet malgré tout, suis en classe flexible depuis l'an dernier et j'essaie de décloisonner grâce au numérique notamment, avec des partenaires internationaux et depuis l'an dernier, grâce à un blog Wordpress, via le concours Blogue ton École organisée par la DANE de Dijon par le biais duquel j'ai énormément développé les projets inter-classes et inter-niveaux. C'est ma bulle d'oxygène, une façon d'accepter les sonneries toutes les 55 minutes et les murs de ma salle.wink

+1 j'ai appris
répondu par (0 points)

Je rejoins complètement Stéphanie. smiley

En tant que prof de langue on est malheureusement assez frustré par ce cloisonnement qui nous laisse peu de liberté et nous limite assez dans nos actions sad

Le tout est de faire coïncider les exigences du programmes aux projets que l'on mène et ce n'est pas toujours facile. Mais les projets (qui utilisent le numérique en particulier) sont vraiment la meilleure façon de les sortir de la classe et de pousser les murs. 

+1 j'ai appris
répondu par (0 points)
En ce qui me concerne, en Arts plastiques, j'ai 18 classes donc 18h. Chaque classe a donc 55 min de cours d'arts plas dans la semaine. A priori, pas beaucoup de possibilité ! Nos heures sont souvent calées pour boucher les trous !

Du coup, mon EDT est assez "classique" sauf que chaque année, je teste des "choses" avec l'accord de ma direction bien sur : cette année, une classe de 5° a 2h d'arts plas tous les 15 jours et en co-enseignement, avec le collègue de musique et une compagnie d'artistes en tout genre... Le programme est appliqué selon les besoins des séances... Début d'un décloisonnement des disciplines et ouverture culturelle...

Ensuite les EPI : 1h en co-enseignement toutes les semaines avec l'Histoire-Géo... Une manière d'enseigner l'histoire à travers et par l'art, en alternant théorie et pratique et le plus souvent possible en les mêlant ! (le plus dur !) Le numérique nous sert d'outil est constitue pour les élèves une manière autonome de construire leur savoir. Tout est alors conçu à l'avance (séquences et séances) et "timer" en juin pour l'année suivante : étude de doc en hist et arts plas, d'artistes, préparation d'un oral en vu du brevet, pratique plastique, etc...

La pédagogie de projet est caractéristique des disciplines artistiques et s'applique depuis longtemps et le fait qu'elle soit "officialisée" à conforter la pédagogie des arts plas et de la musique.

La classe flexible est pratiquée depuis très longtemps aussi et de manière systématique, programme oblige si l'on veut valider le max de compétences. Les élèves se sentent et sont investis totalement dans cette manière de faire. Ils gagnent en autonomie, responsabilité et initiative. Commencée dès la 6°, cette pratique de la classe flexible permet d'avoir des 3° au top et cela se ressent dans les autres disciplines (dixit les collègues). Cependant, la flexibilité d'une classe dépend des conditions matérielles et physiques de la salle : si l'espace classe n'est pas suffisamment grand, il est très difficile d'imaginer des espaces différents...

Et enfin, mon EDT est aussi calculé par rapport à celui des collègues avec qui je souhaite travailler : nos cours se succèdent de manière à permettre une collaboration si besoin...

Finalement, des solutions, il y en a pour décloisonner nos disciplines mais il faut arriver à convaincre la direction du bien fondé des EDT atypiques ! ;)
+2 j'ai appris
répondu par (0 points)
En ce qui me concerne, en Arts plastiques, j'ai 18 classes donc 18h. Chaque classe a donc 55 min de cours d'arts plas dans la semaine. A priori, pas beaucoup de possibilité ! Nos heures sont souvent calées pour boucher les trous !

Du coup, mon EDT est assez "classique" sauf que chaque année, je teste des "choses" avec l'accord de ma direction bien sur : cette année, une classe de 5° a 2h d'arts plas tous les 15 jours et en co-enseignement, avec le collègue de musique et une compagnie d'artistes en tout genre... Le programme est appliqué selon les besoins des séances... Début d'un décloisonnement des disciplines et ouverture culturelle...

Ensuite les EPI : 1h en co-enseignement toutes les semaines avec l'Histoire-Géo... Une manière d'enseigner l'histoire à travers et par l'art, en alternant théorie et pratique et le plus souvent possible en les mêlant ! (le plus dur !) Le numérique nous sert d'outil est constitue pour les élèves une manière autonome de construire leur savoir. Tout est alors conçu à l'avance (séquences et séances) et "timer" en juin pour l'année suivante : étude de doc en hist et arts plas, d'artistes, préparation d'un oral en vu du brevet, pratique plastique, etc...

La pédagogie de projet est caractéristique des disciplines artistiques et s'applique depuis longtemps et le fait qu'elle soit "officialisée" à conforter la pédagogie des arts plas et de la musique.

La classe flexible est pratiquée depuis très longtemps aussi et de manière systématique, programme oblige si l'on veut valider le max de compétences. Les élèves se sentent et sont investis totalement dans cette manière de faire. Ils gagnent en autonomie, responsabilité et initiative. Commencée dès la 6°, cette pratique de la classe flexible permet d'avoir des 3° au top et cela se ressent dans les autres disciplines (dixit les collègues). Cependant, la flexibilité d'une classe dépend des conditions matérielles et physiques de la salle : si l'espace classe n'est pas suffisamment grand, il est très difficile d'imaginer des espaces différents...

Et enfin, mon EDT est aussi calculé par rapport à celui des collègues avec qui je souhaite travailler : nos cours se succèdent de manière à permettre une collaboration si besoin...

J'ai aussi testé 2h d'affilées par quinzaine pour pouvoir accueillir les élèves de l'école primaire afin qu'ils rencontre des 4° et travaillent ensemble durant ce temps là... ça c'est vraiment génial !

Finalement, des solutions, il y en a pour décloisonner nos disciplines mais il faut arriver à convaincre la direction du bien fondé des EDT atypiques ! ;)
0 j'ai appris
répondu par (0 points)
Armelle, chaque année grosse réflexion autour de l'emploi du temps.

 En début d'année, j'ai un emploi du temps assez "classique" et cadré notamment pour les maths (je m'essaie à MHM cette année) et le français (Picot). Ensuite, rapidement, celui-ci est bouleversé en fonctionnant non plus en horaires hebdomadaires ou quotidiens mais plus annualisés. Je m'explique, si pour un projet Savanturiers j'ai besoin de faire des sciences plusieurs jours d'affilées, ou sur une après-midi complète, je rééquilibre dans les semaines suivantes. Et certains points du projet étant interdisciplinaires, je vais les placer dans les disciplines correspondantes (lire un texte sur Louis Pasteur en français, réaliser un graphique des observations en maths...)
+2 j'ai appris
répondu par (0 points)

Bonsoir,

depuis 3 ans, je n'arrive plus à faire apparaitre les matières dans mon emploi du temps. Je suis en ULIS école et les élèves ont besoin d'avoir un emploi du temps régulier à la limite du rigide. Cette année j'ai décidé de proposer un emploi du temps qui se répète dans son organisation tous les jours (les autres années chaque jour avait son emploi du temps) :

  • Accueil : rituels du matin pour structurer le temps scolaire + les métiers de gestions de l'ULIS (appel bus et cantine, date et calendrier, la gestion des pc-tablette)
  • Temps de parlotte : rituels coopératifs pour constituer mon groupe + compétence de langue orale. Lundi = quoi de neuf? (évolutif sur l'année; quoi de neuf chez moi ? pour les élèves, dans le monde-en France-ma ville format devinettes pour la maitresse ou l'AVS). Mardi = Différences/ressemblances pour apprendre à catégoriser et échanger avec du vocabulaire commun. Jeudi = le sac mystère pour apprendre à construire une image mentale, seul ou en groupe. Vendredi = le défi du vendredi autour d'un jeu type virelangue.
  • Activités de groupe : apprentissages de français et/ou de maths en groupes de niveaux car je peux, selon la compétence, avoir de 3 à 6 niveaux.
  • Programme personnel : temps de classe flexible 

RECREATION

  • Retour au calme : rituels de relaxation, de recentration, de remise au travail
  • Ateliers : groupes de besoins accès sur la manipulation (le lundi, ateliers autour de l'écrit en BCD école)
  • Poésie : mémoire et méthode d'apprentissage (le lundi c'est récitation!)

REPAS

  • Accueil : activités libres (elles ont été proposées, validées en conseil de classe)
  • Silence, on lit! : lecture personnelle en mode classe flexible + lecture suivie collective en mode lecture audio (j'enregistre ma lecture, je mets l'enregistrement sur le blog). Cela permet aussi de travailler sur le silence nécessaire à l'écoute (comment être silencieux? car le moindre bruit s'entend sur l'enregistrement) et la lecture longue.
  • Etude : reprise des inclusions + préparations des devoirs du soirs
  • Projet ULIS : seul temps d'apprentissage commun à tout le groupe ULIS. Le besoin est à l'origine du travail de la séance.

RECREATION

  • Retour au calme : rituels de relaxation, de recentration, de remise au travail
  • Activités de groupe : tâches qui reprennent les apprentissages de la journée. Les groupes de niveaux peuvent être différents du matin 
  • Poésie : mémoire et méthode d'apprentissage (le lundi c'est récitation!)
  • Rituels de sortie : les cahiers, sorties bus et taxi, sorties portail

Cette organisation, cette année, me permet de rendre les entrées et les sorties de l'ULIS (inclusion, SESSAD, taxi…) moins perturbantes.

Accès aux thématiques
...