+1 j'ai appris
posée par (0 points)

Bonjour, je suis enseignant de lettre en collège et je suis confronté à une classe particulièrement hétérogène. Comment pourrais-je m’organiser pour que les uns ne retardent pas trop les autres et que chacun avance ‘à son rythme’ ?

(question posée en formation)

12 Réponses

+2 j'ai appris
répondu par (0 points)

Bonjour,

La gestion de l'hétérogénéité d'une classe est un défi complexe. Plusieurs stratégies sont possibles pour y répondre :

Une première solution consiste à viser les mêmes objectifs pédagogiques pour tous les élève en faisant varier certains paramètres dans l'organisation de l'activité. Les paramètres peuvent être :

  • La production finale : on n'est pas obligé de demander la même production à tous les élèves, certains peuvent produire un texte quand d'autres font une carte mentale, un schéma ou un fichier audio.
  • L'organisation du travail : on peut proposer à certains de travailler seuls quand d'autres sont en binômes ou trinômes.
  • La guidance : certains élèves peuvent avoir des consignes précisant toutes les étapes du processus quand d'autres n'ont que les grandes lignes.
  • L'accompagnement : vous pouvez choisir d'accompagner de façon plus appuyée un groupe d'élèves plutôt qu'un autre.
  • Les ressources : vous pouvez proposer des ressources sous différents formats et en nombre différents selon les besoins des élèves.

Une autre solution est de s'appuyer sur la diversité des élèves en cherchant à les faire travailler sur des activités collectives où chacun apporte ce qu'il est. Cela peut s'organiser sous la forme de débat ou de projet, par exemple et nécessite beaucoup d'anticipation entre autre pour faire prendre conscience aux élèves de ce qu'ils ont fait et apprentissages qu'ils ont réalisés. Pour cela, il faut :

  1. caractériser la situation,
  2. repérer les difficultés rencontrées et les stratégies mises en œuvre pour les surmonter,
  3. évaluer la réalisation,
  4. repérer les compétences développées.

Cette deuxième stratégie permet de développer des compétences transversales d'argumentation, de communication et de coopération/collaboration qui sont de plus en plus attendue.

Bonne continuation,

Jacques

Réponse de Dubois Jacques

+1 j'ai appris
répondu par (0 points)
Je pense qu'il serait intéressant de s'inspirer des pratiques du primaire avec des systèmes coopératifs par exemple.

Les pratiques d'aide entraide, tutorat ou évaluation par ceintures de compétences permettent à tous d'avancer ...
0 j'ai appris
répondu par (0 points)

Réponse de Laure Luchez
Bonjour,
La "coopération entre élèves" peut aussi être un levier pour gérer l'hétérogénéité.
Voir cette conférence en ligne de Sylvain Connac qui apporte des éclairages sur le "tutorat entre élèves" : http://www.dane.ac-versailles.fr/nos-projets/former/le-tutorat-entre-eleves

Bien cordialement,
Laure

+2 j'ai appris
répondu par (0 points)

En effet ! Je pense aussi qu'il est bon de s'y pencher sérieusement.
Personnellement j'ai testé le fonctionnement par ateliers comme au primaire qui fonctionne très bien au collège, qui repose principalement sur la coopération et l'entraide.
C'est nouveau pour les élèves et en plus de travailler la motivation, un nouveau climat professeur/élève s'instaure. Le professeur devient plus un accompagnant vers les savoirs.
J'avais réalisé une fiche sur expérithèque à ce sujet :
http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=13575

0 j'ai appris
répondu par (0 points)
(par FatihaB)

Bonsoir Ludovic,

J'ai vu vos travaux et vos écrits, j'aime beaucoup la façon dont vous orchestrez vos classes! Bravo de laisser autant de place à l'initiative des élèves, à l'échange et au questionnement.
C'est très inspirant: je partage le lien avec mes collègues :)
0 j'ai appris
répondu par (0 points)
Bonjour,

Merci beaucoup pour votre message et c'est un plaisir de partager toutes ces expériences. Très bonne journée à vous.
0 j'ai appris
répondu par (0 points)

Bonjour, dans le cadre du travail en ateliers, un certain nombre de professeurs de langue utilise le principe des  "îlots bonifiés" de Marie Rivoire. Cette organisation peut être élargie à d'autres disciplines et je la mets en place en primaire depuis plusieurs années. Elle aide à la cohésion et l'entraide au sein des îlots, entraine la participation des élèves les plus timides.

Pour ceux qui voudraient découvrir les "îlots bonifiés", il y a un article de P. Meirieu ici: https://www.meirieu.com/COMPTE-RENDUS_OUVRAGES/travailler-en-ilots-bonifies.pdf

0 j'ai appris
répondu par (0 points)
Bonjour,

Je travaille en îlots par contre non bonifiés pour ma part et je connais très bien les travaux de Marie Rivoire.

Ce qui me gêne dans l'aspect bonifié, c'est que les élèves sont "récompensés" pour un comportement normal qu'un élève doit avoir en classe (respect des autres, prise de parole, participation, investissement, etc.).

J'ai une collègue dans mon établissement qui a mis en place les îlots bonifiés et elle n'obtient pas plus d'investissement des élèves que les miens qui ne sont pas bonifiés... Le tout, je pense, est de leur faire comprendre l'intérêt pour eux d'un tel travail.
+1 j'ai appris
répondu par (0 points)
LudovicG, nous sommes bien d'accord qu'un bonus ou un malus apporté dans le cadre d'un îlot bonifié n'est pas l'unique gage d'engagement des élèves. C'est un outil ponctuel qui va aider certains à oser prendre la parole ou d'autres à la laisser et aider leurs camarades à la prendre.

Mes élèves sont en îlots, parfois avec bonification, parfois non, en fonction de la tâche attendue. Je travaille également par l'éducation par la recherche et les projets savanturiers dans lesquels il est nécessaire de collaborer, s'entraider, se répartir les tâches pour avancer dans le projet.

Dans d'autres circonstances, la démarche de conceptualisation de Britt Mary Barth qui demande aux élèves d'être acteur de leurs apprentissages, de débattre ensemble pour savoir si les exemples proposés sont des exemples "oui" ou "non", d'argumenter favorise également la co-construction des savoirs.

Parfois, c'est la pédagogie explicite plus guidante qui leur permettra d'accéder aux savoirs....

Enfin, je crois qu'envisager l'enseignement pour les élèves ayant des besoins particuliers est bénéfique à l'ensemble du groupe classe.

Tout l'art de l'enseignement réside à mon sens ici, être capable de choisir dans la palette d'outils, de méthodes à notre disposition, celui qui permettra à un moment donné d'aider chacun. "L'enseignement, un sport de combat" est une formule chère à Ange Ansour qui résume assez bien tout ça.
0 j'ai appris
répondu par (0 points)
En effet, je suis tout à fait d'accord avec toi et partage entièrement ton point de vue.

Ta remarque sur le fait de débattre ensemble est très intéressante et je pense que les savoirs passent par cette confrontation des points de vue, des méthodes (je suis en mathématiques et nous avons besoin de ce mode d'apprentissage d'autant plus...).

J'aime également ton dernier paragraphe ; en effet il n'y a pas une méthode qui fonctionnera tout le temps, il faut savoir choisir laquelle sera la plus efficace à un instant T. Je pense que cela vient aussi avec l'expérience.

Merci pour la citation et cet échange très enrichissant :)
+1 j'ai appris
répondu par (0 points)
Bonjour

Je suis enseignante en primaire.

Effectivement tu peux te lancer dans une organisation en ateliers ou alors dans des plans de travail dans le cadre d'une classe coopérative.
0 j'ai appris
répondu par (0 points)
En effet Chloe58 le fonctionnement par ateliers fontionne très bien ! Mais cela nécessite de poser des règles claires dès le départ.

Est-ce que certains utilisent les Qr codes et/ou les aides individualisées pour différencier et ainsi gérer l'hétérogénéité ?
Accès aux thématiques
...