+3 j'ai appris
posée par (0 points)
edité par

Bonjour, à toutes et à tous,

Voilà depuis deux semaines on doit envoyer du travail à nos élèves. Pour les collègues dont les élèves ont accès au net, en général pas de soucis on trouve des supports attractifs et faciles d'utilisation. Mais quand on sait que nos élèves n'auront que la version papier du travail à faire, là se pose un sérieux problème : Comment présenter et rédiger pour être sûr que l'élève puisse s'autogérer et surtout comprendre ce qu'on a à lui faire découvrir et à lui transmettre. 

Je voudrais juste ici partager mon expérience de préparation et de rédaction de cours à distance pour le COLLÈGE (et primaire) que j'ai acquise en étant auteure pour le CNED.

En distanciel, le plus important est la rédaction des consignes et le guidage à apporter. Il doit être fort voire très fort car nous ne sommes pas présents. Chaque mot, chaque phrase a une importance vitale. L'enseignant doit se mettre à la place de l'élève et vérifier que le vocabulaire de sa consigne soit adapté à un travail autonome, vérifier que l’ordre implicite des actions décrites dans la consigne corresponde bien à ce que l’élève doit faire pour comprendre et répondre.

Par exemple : vous souhaitez qu’il lise un tableau et complète un schéma à partir du tableau. Positionnement idéal sur la photocopie : le tableau est avant la question, le schéma est après la question.

Nous aurions tendance à dire : « Complète le schéma à l’aide du tableau ci-dessus ».

Or dans cette consigne, l’action à réaliser est donnée en premier et « effacée » par l’action suivante qui est « lire le tableau ». Or vous souhaitez que son attention se porte sur le schéma, qu’il le comprenne et qu’il aille chercher les bonnes infos dans le tableau. Donc la consigne doit l’attirer principalement sur le schéma, d’où mettre cette action en dernier dans la phrase, car c’est tout ce qu’il va retenir, ce qu’il a lu en dernier….. Si vous mettez l’action de « lire le tableau » en dernier, il va le lire mais ne saura pas quoi faire car il aura regardé le schéma trop vite voir pas du tout et s’arrêtera sur le tableau qui au final ne demande pas réflexion, c’est juste une source d’informations.

De manière simple, imaginez comment ses yeux doivent circuler sur la feuille pour qu’il puisse rédiger la réponse et rédigez la consigne selon le chemin suivi par les yeux. Cela donne : « Utilises le tableau ci-dessus pour compléter les cases vides du schéma ci-dessous ». Dans ce cas la dernière action qu’il a lue, est celle qu’il va retenir et qu’il doit faire c'est-à-dire compléter le schéma et c’est ce que vous voulez : il vise le tableau, voit qu’il est plein, descend sur le schéma voit les cases vides, essaie de comprendre à quoi correspondent ces cases vides puis remonte sur le tableau chercher les bonnes infos…

Nous ne fonctionnons pas comme ça car nous avons un cerveau adulte capable de gérer plusieurs infos en même temps, pas eux ils sont cloisonnés, et fonctionnent étapes par étape, espace par espace…

Cette réflexion nous ne la pratiquons pas toujours quand nous préparons un cours collectif car nous cherchons à élever leur degré de compréhension et de réflexion avec un vocabulaire soutenu qui pourra être explicité en présentiel. Ce travail de préparation et de rédaction demande de l'analyse réflexive et du temps. 

L’idéal pour aider tous les élèves est de présenter un cours différencié. Attention dans ce cas il est primordial d’écrire en premier dans l’ordre de lecture le niveau rouge, puis niveau bleu puis niveau vert. En effet, le niveau rouge présente le guidage le moins fort (1 question complexe ouverte), le bleu guidage moyen (1 à 2  questions distinctes guidant le raisonnement ou encore un texte à trous sans donner les mots pour combler les trous), le vert guidage fort (2 à 4 questions guidant le raisonnement et/ou texte à trous avec mots à placer et/ou qcm). Ainsi l’élève lit en premier le rouge, s’il bloque descend au bleu, s’il bloque descend au vert… Si vous mettez le vert en premier et que vous remontez les consignes, c’est trop tard, l’élève aura lu les niveaux verts et bleus et le guidage rouge ne sera plus du rouge…

La présentation du cours doit également être adaptée au distanciel. Aussi je prépare une version à compléter avec des questions et l'emplacement pour écrire comme dans un cahier d'activités de vacances. Surtout je mets des indications de guidage que j'aurais données par exemple à l'oral en classe, écrites dans une couleur particulière, pour ma part le violet en italique. Je fournis également les fiches méthodes nécessaires au cas où l'élève en aurait besoin et surtout le corrigé complet. Cela permet à l'élève d'avancer car souvent, en tout cas en sciences, on ne peut passer à l'activité suivante sans avoir auparavant validé la précédente. Aussi les élèves ont justement des consignes de guidage du type : "avant de passer à la question suivante vérifie ta réponse dans le document corrigé"

Ce corrigé permet également aux parents de préparer la leçon avant, car tout le monde n'est pas à l'aise dans toutes les matières. Cela leur permet de se rassurer et de pouvoir aider correctement leur enfant. Certains collègues ont pris le parti de mettre le cours et les exercices dans le cahier de texte et de ne publier la correction que la semaine suivante. Par expérience, j'ai constaté que ce n'est pas une pratique très adéquate car l'élève seul chez lui, s'il bloque et qu'il ne reçoit pas d'aide à ce moment-là se démoralise et baisse plus facilement les bras. Se sentant nul, il n'est même pas sûr qu'il aille la semaine suivante lire le corrigé et s'il le fait qu’il le lise objectivement pour comprendre son erreur.   

Le corrigé permet ainsi de débloquer des situations et faire en sorte que le travail continue. Pour ce faire il doit être très détaillé. L'enseignant doit expliquer comment chaque idée est amenée, de quel document il la tirée, etc...Il faut prendre le temps d'écrire tout ce que l'on dirait à l'oral et ne pas se contenter d'écrire la réponse qu'on leur aurait faite écrire en classe.

En effet, en présentiel l'enseignant et les élèves échangent sur un sujet, les élèves comprennent et à partir du moment où c'est compris, l'enseignant peut se contenter d'écrire une correction qui ne retranscrive pas sa didactique (chose impossible à faire sinon on écrirait des pages et des pages à chaque cours).. et bien en distanciel, cette didactique soit se ressentir dans la réponse fournie car l'élève n'est pas forcément capable seul de la retrouver. Je me mets donc à la place des parents qui n'ont pas les compétences et me dis que je me dois pour eux d'être la plus explicite possible dans mes corrigés. 

Voilà ce que j’avais à vous partager. Je ne sais pas si cela vous aura été utile ^^.

Le pdf complet (21 pages ^^) et le tuto ici :http://profsvt71.e-monsite.com/pages/pour-les-profs/enseigner-en-distanciel.html

livret complet disponible sur Calaméo pour lecture sur une présentation type livre https://fr.calameo.com/read/0062209275bdd98b86ba7

Bon courage à tous pour les prochains jours

Sandra

 

 

 

4 Réponses

0 j'ai appris
répondu par (0 points)
Un grand merci Sandra.

C'est très clair et très utile. Merci!!!

Je vais revoir mes préparations non encore expédiés à la lumière des tes explications.

N'hésite pas à donner des exemples et surtout continue de poster .. encore merci!
0 j'ai appris
répondu par (0 points)
Un grand merci pour ce fil, très utile !
+1 j'ai appris
répondu par (0 points)

Exemple de guidage (document de Sandra) Cliquez sur le lien pour accèder au document complet

.

+1 j'ai appris
répondu par (0 points)

Exercice différencié Cliquez sur le lien pour accéder à l'exemple d'exercice de Sandra

Capture du document de Sandra

Accès aux thématiques
...