+3 j'ai appris
posée par (0 points)
Bonjour,

Avez-vous entendu parler du livrescolaire éditeur de manuels qui se prétend collaboratif en fait collaborer des enseignants à titre gratuits pour des manuels qu'il va revendre au prix du marché? Son créateur, issu d'une Grande école de commerce, a-t-il trouvé la recette miracle pour ubériser le marché de l'édition? Ou pensez-vous qu'il s'agit d'une véritable opportunité pour revaloriser l'image des profs, dont l'identité professionnelle est malmenée ou en souffrance? Utilisez-vous ces manuels? Qu'en pensez-vous?

7 Réponses

0 j'ai appris
répondu par (0 points)
sélectionné par
 
Meilleure réponse

Merci Fatiha pour cette question.

Je comprends ce que tu veux dire concernant l'aspect financier et business."'

Les manuels papier sont payants mais les manuels en lignes, les audios, les outils complémentaires sont gratuits et opensource.

Je dirais "opportunité de développement professionnel".

J'ai fait partie de l'aventure depuis le premier manuel collège anglais. C'est du travail mais j'ai adoré ce bouillonnement collaboratif, ces questionnement constants sur les contenus, les rencontres ... j'ai même collaboré sur un livre de maths (si si ... ça fait hurler de rire mes enfants) sur un EPI . J'ai énormément apprécié le travail avec la collègue de maths.

J'avais fait un mini article sur la collaboration http://langues.ac-dijon.fr/IMG/pdf/traam-le_nume_rique_au_service_de_la_collaboration_massive_d_enseignants_pour_cre_er_des_manuels_scolaires_nume_riques_libres_et_gratuits.pdf

0 j'ai appris
répondu par (0 points)
Oui je l'utilise depuis plusieurs années en collège et maintenant je m'apprête à l'utiliser en lycée. Rectification pour connaître un collègue auteur chez eux et qui m'en dit beaucoup de bien : les auteurs sont rémunérés (plusieurs milliers d'euros pour un chapitre d'histoire en collège d'après ce que le collègue m'a dit). Il y a des coauteurs sur la base du volontariat qui donnent leur avis et qui sont eux effectivement non rémunérés.

Je ne sais pas s'il y a tentative d'ubérisation, mais en soi je trouve ça bien qu'un nouvel acteur (certes privé mais pour faire des manuels scolaires est-ce possible autrement ?) trouve une logique économique nouvelle qui lui permette de mettre les manuels gratuits pour tout le monde sur Internet. Finalement c'est positif pour tout le monde.
+1 j'ai appris
répondu par (0 points)
Merci beaucoup Thierry pour ce témoignage.

Je suis juste très dubitative sur les milliers d'euros par chapitre ;-)
+1 j'ai appris
répondu par (0 points)
Des milliers d'euros pour un chapitre ? Vraiment ?? :p Je suis aussi dubitatif...

Laurence : très intéressant ton article !
+1 j'ai appris
répondu par (0 points)

Bonjour, 

Désolée pour les fautes de ma question écrite vite vite, je l'avoue, sous la colère (mais je signale que je n'ai pas pu la corriger, le système me répond la page n'existe pas)..

Une amie co-auteure témoigne au contraire d'une nouvelle forme d'esclavage moderne: zèro euro pour des heures et des heures de travail! Cet éditeur veut les convaincre qu'ils travaillent pour la gloire! 

Je partage tout à fait tes sentiments Laurence, vive ces riches échanges entre profs autour de manuels co-construits par plusieurs auteurs, mais hors de question de le faire gratuitement quand les bouquins du Livrescolaire sont vendus aussi chers que ceux des autres éditeurs historiques, qui eux aussi sont collaboratifs et paient tous les contributeurs et offrent aussi des manuels numériques gratuits aux prescripteurs qui utilisent le papier. Non?

Belle journée à tous, 

+1 j'ai appris
répondu par (0 points)
Pour reprendre les mots de Fathia: travailler pour la gloire..( et encore quelle gloire? )  c'est pas ce qu'on fait tout le temps?

Il n'y a pas que la collaboration sur manuel qui ne paie pas....

Je suis un peu désabusée quand je vois le temps passé en dehors des heures de cours .. .je me demande effectivement si nous ne sommes pas de gentils pigeons? La reconnaissance est bien maigre et c'est usant.

Cela dit , personne ne nous force et si on le fait  c'est que l 'on en tire aussi quelque chose.
+2 j'ai appris
répondu par (0 points)

C'est un débat passionnant ;-)

Je n'ai pas de parts chez lelivrescolaire.fr, juste une collaboration de co-auteur pendant plusieurs année qui m'a énormément apporté. Je me souviens d'une page sur laquelle nous avons passé plusieurs heures à se nourrir des pratiques et des idées des autres.

A chaque début de projet j'ai été contactée au téléphone et à chaque fois on m'a bien expliqué le fonctionnement,le fait que ce n'est pas rémunéré,  je savais exactement à quoi m'en tenir... mais j'avais sans doute des interlocuteurs particulièrement professionnels

Tout le monde peut participer et a sa place. Pas besoin d'être un prof chevronné, il suffit d'avoir envie de collaborer au projet . Les éditeurs classiques choisissent les enseignants et on ne peut pas participer si on est pas invité.

Quant au travail à effectuer il faut savoir qu'on est une vingtaine à travailler sur le même chapitre et il n'y a pas d'exigence de résultat. On peut travailler intensément sur une problématique ou une page qui nous intéresse vraiment et être plus léger sur le chapitre suivant. Il n'y a aucune obligation.

Bonus : j'ai été contactée par deux anciennes élèves maintenant profs d'anglais qui avaient vu mon nom sur le manuel.

D'ailleurs ils ont une charte sur la page d'ouverture de leur site.

Accès aux thématiques
...